Projet politique et pédagogique

adopté par l’Assemblée générale ordinaire du 04.06.2002

---

Démocratisation | Participation | Soutien professionnel

S - Le soutien et la reconnaissance du travail des enseignants et des éducateurs

---

La SPG revendique un soutien effectif aux enseignants ainsi que la reconnaissance de leur travail qui leur garantisse un véritable statut de professionnels. Les enseignants doivent avoir toute latitude d'organiser leur travail en accord avec les objectifs d'apprentissage et leur cahier des charges et doivent pouvoir s'appuyer sur la collaboration de services compétents (services sociaux, médico-pédagogiques, de didactique et de formation).

---

S1. Les moyens d’enseignement et d’évaluation

Pour que les moyens didactiques, les outils d’enseignement et d’évaluation, les textes réglementaires soient compatibles avec les conditions de travail des élèves et des maîtres, il est impératif de développer des ressources et des instruments en adéquation avec une pratique réaliste de l’enseignement généraliste. Il convient également d'éviter l'excès de pression mis sur l'évaluation sommative afin de laisser aux enseignants plus de temps pour se consacrer aux apprentissages, à la différenciation, à l'observation formative et aux parcours des élèves. [s1.1]

---

S2. L’autonomie des établissements et le travail d’équipe

Pour que les enseignants trouvent goût, plaisir et engagement dans leur métier, ils doivent bénéficier d’un réel soutien à l’autonomie, au travers de la reconnaissance de leur cahier des charges. La hiérarchie doit assumer ses responsabilités, et respecter le statut professionnel des enseignants en reconnaissant leur part de travail dans l’organisation et la gestion des classes et des écoles. [s2.1]

Pour que les enseignants puissent développer des pratiques prometteuses et harmonisées dans le cadre de leur établissement, mais aussi au sein de leur circonscription ou autre division administrative, l’institution doit les encourager à échanger à propos de leurs compétences et leur donner, sur leur temps de travail, les moyens, outils et les dispositifs pour discuter des pratiques. L'institution scolaire doit soutenir la création et l’animation de réseaux, générateurs de débats et de changements dans les écoles. [s2.2]

Les élèves dont l'enseignant est absent doivent pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Le personnel remplaçant doit être bien informé, il doit bénéficier d'un encadrement et d'un soutien pédagogiques, et il doit être rémunéré conformément au travail et aux responsabilités correspondant à sa fonction. [s2.3]

---

S3. L’accompagnement des écoles et la collaboration avec les services

Pour encourager la coopération professionnelle, l’innovation pédagogique, la création de projets d’école et de réseaux, il est nécessaire de garantir une relation de proximité, de confiance et de compréhension. Aussi, les enseignants, les suppléants, les remplaçants, les écoles et les responsables d’établissement doivent bénéficier d’un accompagnement externe de proximité, non hiérarchique, ainsi que de ressources humaines et financières adéquates consacrées au suivi des établissements. [s3.1]

Pour soulager les enseignants du poids émotionnel de situations familiales critiques, auxquelles ils sont de plus en plus confrontés, de nouvelles formes et modalités de collaboration avec différents services doivent être repensées dans le sens d'une meilleure réciprocité entre les apports des enseignants à ces services et le soutien dont ils ont besoin, notamment sous forme de supervision. [s3.2]

---

S4. La formation initiale et continue

Pour favoriser le développement des compétences des enseignants, ceux-ci doivent pouvoir choisir la formation continue qui leur convient en fonction d’un référentiel bien défini, afin de développer des compétences diversifiées et complémentaires. La formation continue doit se définir en équipe dans un souci de cohérence et les enseignants doivent pouvoir travailler avec les intervenants de leur choix. [s4.1]

Afin que les formateurs et responsables d’école puissent répondre aux besoins du terrain, il est indispensable que leurs cahiers des charges prévoient des temps de recherche et de formation dans leur domaine d'expertise et dans la formation d’adultes. Les services de formation doivent être au service des enseignants et des établissements. Les formateurs ne doivent exercer aucune fonction hiérarchique, ni aucune fonction d’évaluation des enseignants à destination de la hiérarchie. [s4.2]

Joomla Template: by JoomlaShack