Projet politique et pédagogique

adopté par l’Assemblée générale ordinaire du 04.06.2002

---

Démocratisation | Participation | Soutien professionnel

P - La participation et le respect de tous les partenaires

---

La SPG soutient toutes les initiatives qui vont dans le sens de la participation et du respect de tous les partenaires. Elle considère que les règlements et les décisions administratives ne doivent pas imposer des contraintes arbitraires et pesantes aux acteurs et aux groupes d’acteurs. Elles doivent au contraire développer la culture du débat et encourager l’exercice d’une autonomie constructive et responsable, dans les établissements scolaires et partout ailleurs dans l’institution.

---

P1. Les espaces de discussion

Pour que les grandes orientations de la politique scolaire soient conçues et débattues de manière démocratique, le Département de l’instruction publique et la Direction de l’enseignement primaire doivent instituer des lieux de discussion et de pilotage stratégique dans lesquels les enseignants, les parents, les cadres, les formateurs et les chercheurs participent à la définition et à la résolution des problèmes. [p1.1]

Les espaces de rencontre et de débat (forums, réseaux, journées portes-ouvertes, par exemple) doivent être libérés des contraintes hiérarchiques et bureaucratiques. Ils doivent permettre l’échange d’opinions, la confrontation et la construction d’accords. [p1.2]

La participation dans les groupes de travail, les groupes de réflexion et les commissions, doit permettre l’expression des désaccords et leur prise en compte par l’autorité scolaire. La SPG ne doit pas être " récupérée " pour servir de caution à des consultations alibis. Elle doit se désolidariser clairement des décisions qui ne satisfont que la hiérarchie. [p1.3]

---

P2. L’engagement et le respect des partenaires

Les valeurs et les pratiques participatives concernent tous les partenaires. Elles doivent s’appliquer aux rapports entre les professionnels (directeurs, inspecteurs, enseignants, formateurs, chercheurs), mais également aux rapports entre les agents et les usagers de l’institution. [p2.1]

La participation des parents et de leurs associations doit être instituée, soutenue et valorisée aux différents niveaux du système. C’est-à-dire qu’elle doit reposer sur des règles claires, respectueuses des compétences des uns et des autres. Ces règles doivent permettre la recherche, la discussion et l’adoption de solutions équilibrées et constructives, et elles doivent pouvoir être à leur tour discutées. [p2.2]

Les relations avec les familles doivent être assumées par les enseignants et les établissements de manière différenciée et interactive. Les entretiens, les rencontres, les bilans d’évaluation et les instruments de communication doivent être adaptés aux réalités locales, en réponse à de véritables besoins. [p2.3]

---

P3. Les textes de référence, les projets des écoles et le rendre compte

Pour pallier l’absence d’un texte d’orientation actualisé et les atermoiements autour du calendrier pour l’extension, la Conférence de l’enseignement primaire doit élaborer un nouveau texte d’orientation pour l’extension, précisant les moyens dégagés, incluant un calendrier et des espaces d’exploration pour les aspects encore non résolus complètement. [p3.1]

Pour s’adapter continuellement aux besoins des élèves et leurs familles, il est indispensable que l’institution laisse une certaine marge de manœuvre aux établissements, pour prendre des initiatives et faire évoluer le système. C’est à l’intérieur de cet espace de liberté que les enseignants peuvent exercer et assumer les responsabilités définies dans leur cahier des charges. Les modalités du rendre-compte collectif des écoles et de leurs projets doivent être impérativement clarifiés et négociés avec le syndicat. [p3.2]

---

P4. L’innovation, le développement des pratiques et la formation des enseignants

Les changements, les innovations et le développement de l’école doivent être valorisés par un soutien aux initiatives locales, aux projets d’établissements et/ou de groupes d’enseignants, aux partenariats entre les écoles et les mouvements associatifs, etc. Ils doivent favoriser l’accès de tous les élèves aux objectifs fondamentaux, en permettant le développement et le perfectionnement des pratiques pédagogiques à l’intérieur d’un cadre lisible par tous. [p4.1]

Pour que la formation initiale et continue des enseignants contribue au développement de l’expertise pédagogique, de la pratique réflexive, de l’autonomie professionnelle, de la pensée critique, elle doit être débattue, conçue et évaluée en commission paritaire, et dans les instances et forums institués par le contrat de partenariat qui lie le Département de l’instruction publique et la Section des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. [p4.2]

Joomla Templates: by JoomlaShack