Regagner la confiance pour la réforme du primaire

Olivier Baud
Président de la Société pédagogique genevoise
Paru dans la Tribune de Genève, vendredi 23 janvier 2004

---

Le primaire uni contre une initiative qui ne propose rien pour améliorer l'école!

Le verdict est tombé et il est sans appel. Le corps enseignant primaire genevois ne veut pas du scénario proposé par l'initiative "Pour le maintien des notes à l'école primaire". La SPG a pris la peine de consulter l'ensemble des enseignants primaires, membres ou non du syndicat, avec la possibilité de répondre anonymement.

Même si quelques esprits chagrins, à court d'arguments, contestent la validité de notre démarche, chacun sait qu'avec un taux de retour de près de 50% pour les avis individuels, les résultats sont totalement significatifs et incontestables. De plus, le grand débat décentralisé que nous avons voulu s'est réalisé puisque le 73% des écoles nous a fait parvenir un retour d'équipe qui vient corroborer le sondage individuel.

Ainsi, 85% du corps enseignant primaire genevois rejette le texte de l'initiative et se prononce en faveur des cycles d'apprentissage pluriannuels. Ce vote sanction contre une initiative au caractère volontairement simplificateur et réducteur nous réjouit et doit être à même de rassurer les parents, la population et même l'ensemble corps enseignant genevois sur la bonne cohésion de l'école primaire, préalable incontournable à la souhaitable cohérence du système scolaire!

Les médias ont un peu vite interprété les résultats de notre consultation comme un soutien inconditionnel de la Rénovation mais ces propos doivent être nuancés puisque notre intention, de manière tout à fait explicite, consistait d'abord d'une part à définir des options susceptibles de rassembler et, d'autre part, à favoriser l'émergence d'un contre-projet à l'initiative, étant entendu que ce dernier, par définition, ne peut se résumer à la copie conforme de l'objet contesté. Autrement dit, autant nous sommes persuadés du bien-fondé des principaux contenus de la réforme, autant nous sommes conscients que la mise en œuvre maladroite, l'absence de pilotage, l'accompagnement insuffisant, le manque cruel de moyens, etc. ont engendré des doutes légitimes. Il convient dès lors, à la fois de se battre sans relâche pour que les moyens à la hauteur soient fournis, mais aussi d'entendre ces inquiétudes, d'en tenir compte et de rassurer afin que l'école regagne l'indispensable confiance de tous.

Maintenant que l'avis des professionnels est connu de tous, que la pierre angulaire est posée, le nécessaire débat sur l'école doit s'élargir. Même si nous savons que le chemin jusqu'à la votation d'un contre-projet rassembleur est encore long, nous pensons que les citoyens responsables ne s'y tromperont pas: ils sauront plébisciter cette clé de voûte qui garantira la solidité du système. Ainsi, ensemble, à n'en pas douter, nous franchirons une étape décisive pour réduire l'échec scolaire et assurer l'avenir d'une école plus juste!

Joomla Templates: from JoomlaShack